sélection

Die Möwe

Christopher Rüping / Schauspielhaus Zürich

jeu. 23.05. — 19:00 — LAC Lugano Arte e Cultura

durée 180’ (AVEC PAUSE) – En allemand – surtitres français, italien

On dirait qu’ils s’y connaissent en abîmes – même si, en gens du spectacle d’aujourd’hui, ils pratiquent volontiers la surface des choses. Ils se doutent bien que le sol sous leurs pieds, sous ces planches qui sont, pour eux, le monde entier, se dérobe. Ils savent ce que c’est, la solitude, être condamnés à réussir, lutter pour une petite place sous les feux de la rampe. C’est précisément parce qu’ils sont passés maîtres dans les passes rapides, drôles, le pop, le direct, qu’ils savent ce qu’il en coûte de refuser le sérieux et les « sentiments authentiques ». Sur scène comme dans la vie.

Tchekhov lui aussi le savait. Cela ne pouvait être qu’une question de temps pour que Christopher Rüping et ses actrices et acteurs rencontrent sur leur route cette pièce qui est au fond du méta-théâtre. C’était inéluctable. Personne n’incarne et ne mène le théâtre contemporain de façon aussi saisissante que Maja Beckmann – l’incarnation moderne de l’Arkadina brossée par Tchekhov, excentrique diva du théâtre et mère de poète. Tchekhov nous donne également Kostja, impitoyablement broyé par sa mère et ceux de sa génération. Benjamin Lillie semble né pour l’incarner. Et personne mieux que Wiebke Mollenhauer ne se mue insensiblement de gnome confiné au bord de la scène en prince charmant, puis en influenceuse, et vice-versa. Les actrices et acteurs occupent (la plupart du temps) le haut, la scène, les personnages qu’ils et elles incarnent de façon tantôt plus, tantôt moins théâtrale, se trouvant en bas, dans la salle. Tout cela ne fait plus qu’un et finit, sans qu’on sache comment, par former une béante plaie tchekhovienne.

Comme peu d’autres actuellement, Christopher Rüping, sa troupe et ses sensationnel·le·s actrices et acteurs, parviennent à mettre en danger le théâtre, dans l’état de grande instabilité et de quête dans lequel il se trouve actuellement, jusqu’à ce que, quasiment dans un sursaut d’autodéfense, celui-ci relève la tête et montre de quoi il est, malgré tout, encore capable : la tragédie, les grands sentiments, la poésie.

Julie Paucker

 

Né en 1984 à Hanovre, le metteur en scène Christopher Rüping est parmi les metteurs en scène les plus fêtés actuellement dans le théâtre de langue allemand. Il travaille depuis de nombreuses années avec les mêmes actrices et acteurs. Leur travail a été primé à plusieurs reprises et l’ensemble est l’invité de festivals dans le monde entier. Ces dernières années, Christopher Rüping était parmi les metteurs en scène principaux responsables de la programmation au Schauspielhaus de Zurich.

  • distribution

    De 

    Anton Čechov (traduction de Thomas Brasch)

    Jeu

    Ann Ayano, Maja Beckmann, Moses Leo, Benjamin Lillie, Wiebke Mollenhauer, Lena Schwarz, Steven Sowah

    Mise en scène

    Christopher Rüping

    Scéngraphie

    Jonathan Mertz

    Costumes

    Tutia Schaad

    Dramaturgie

    Moritz Frischkorn

    Collaboration dramaturgie

    Lisa-Maria Liner

    Développement de public

    Mathis Neuhaus

    Relations internationales et diffusion

    Sonja Hildebrandt

    Médiation T&S

    Zora Maag

    Assistant de production

    Dominic Schibli

    Assistant scénographe

    Karl Dietrich

    Assistance costumes

    Renée Kraemer

    Stage de production

    Anna Vankova

    Stage costumes

    Selma Jamal Aldin

    Collaboration dramaturgie

    Lisa-Maria Liner

    Inspizienz

    Dayen Tuskan

    Production

    Schauspielhaus, Zurich

    https://www.schauspielhaus.ch/de/kalender/27002/die-mwe

  • liens

    Lorem ipsum dolor